NOUS SOMMES DES GARANTS !

Par Rav moche mergui – Roch yechiva

En apprenant que le vice-roi d’Egypte, c’est-à-dire en l’occurrence YOSSEF, veut retenir BINYAMIN comme esclave pour avoir soi-disant volé la coupe d’argent prétendument emblématique, YEHOUDA réagit avec une grande détermination.

Cette coupe d’argent a été trouvée de fait dans « le sac de BINYAMIN » et celui-ci est totalement surpris par cette fausse accusation. En effet :

  1.  BINYAMIN est innocent, il n’a en aucun cas volé cette coupe d’argent ;
  2. Il n’a pas participé à la vente de YOSSEF, et il y a donc une injustice totale à vouloir le mêler à l’ensemble de cette histoire  !

Les frères de BINYAMIN sont abattus moralement, ils ne comprennent pas ce qui leur arrive.

REOUVEN, qui avait sauvé YOSSEF, dans le passé reste lui aussi perplexe. Seul YEHOUDA élève la voix et dit avec force au vice-roi d’Egypte (BERECHIT 44-32 et 34) : « Car ton serviteur s’est porté garant de l’enfant auprès de mon père en disant : ‘Si je ne le te ramène pas, j’aurai péché envers mon père à tout jamais. (…) Car comment oserais-je me présenter devant mon père sans que le jeune homme soit avec moi, de peur que je ne vois la douleur qui accablerait mon père ! »

YEHOUDA s’est porté garant : il doit et veut assumer totalement son engagement, quand bien même BINYAMIN est accusé, même injustement, de vol. Cette déclaration doit susciter notre réflexion et notre sens des responsabilités. Comme YEHOUDA, nous sommes tous totalement garants de nos enfants : comment pourrions-nous nous présenter devant notre Père céleste si nos enfants ne sont pas avec nous, c’est-à-dire ne se trouvent pas dans la voie que nous devons leur procurer ?

Les PIRKE AVOT disent à ce sujet : « Akavia ben Mahalalel enseignait : ‘Rappelle-toi devant qui tu dois rendre des comptes, devant LE ROI DE TOUS LE ROIS, HAKADOCH BAROUKH HOU, Le Saint Béni soit-Il. » Nous devons rendre des comptes sur le bilan de toute notre vie, ainsi qu’au sujet de notre responsabilité vis-à-vis de nos enfants et de nos proches.

La formulation de YEHOUDA doit donc nous inspirer constamment et nous devons la retenir précieusement : « Je suis garant !», Cela signifie que je dois me présenter devant HACHEM en ayant préalablement dirigé et conduit mes enfants sur Sa Voie.

La Lumière

Par Rav Immanouel Mergui, Roch Collel

Nous sortons de la fête de Hanouca, durant cette fête pendant huit jours nous avons allumé la lumière. Je me suis simplement demander comment faire pour que cette lumière perdure et ne s’éteigne pas? Les ténèbres et la confusion qui règnent dans notre société ne nous laissent pas le choix de rester sans lumière ! Qui ne connaît pas des moments obscurs dans sa vie ?! Qui ne désire pas un monde meilleur où la lumière serait reine ?! Tout le monde est en quête de lumière, mais qui l’a trouvé? Les soucis et les épreuves qui animent notre existence accentuent le besoin de connaître un monde meilleur. Certains voient la lumière au bout du tunnel, d’autres ne voient plus le bout du tunnel… Faut-il être anesthésié pour goûter à l’espoir ?

Penchons-nous sur un texte fabuleux tiré des versets du roi Chlomo dans Michleï 20-27 « nèr achem nichmat adam – l’âme de l’homme est un flambeau divin, qui promène ses lueurs dans les replis du cœur ». On pourrait simplifier ce verset en ces termes : la néchama c’est la lumière! Mais là est toute la question : qu’est-ce que la néchama ? Et, quelle lumière nous apporte la néchama?

En vérité la néchama trouve sa source déjà au début de la création de l’homme puisque nous pouvons lire dans Béréchit 2-7 « D’IEU créa l’homme poussière de la terre et insuffla en lui nichmat h’aim (une âme de vie) ». Rachi explique: D’IEU créa l’homme en le composant d’éléments inférieurs pour le corps et d’éléments supérieurs pour la néchama ! Si les éléments supérieurs, les elyonim, sont d’ordres spirituels (pour qui comprend ce terme) ils contiennent un sens plus concret et palpable. Les elyonim invitent l’homme à vivre vers le haut, et là je me détache du sens métaphysique pour introduire la néchama dans un univers plis proche de l’homme. N’oublions pas que la néchama est introduite à l’intérieur du corps !! Cette union corps-âme est extraordinaire ! Duquel veut dire que celui qui ignore sa néchama est une moitié de lui-même. Alors dans cet univers vivant de  l’être humain la néchama conduit l’homme vers l’idée de l’élévation, l’évolution, du Grandir! La néchama c’est l’énergie qui permet à l’homme d’aspirer à des Grandeurs. Sortir de la bassesse, voir vers le haut, aller au-delà de l’aspect matériel de la vie etc. sont autant de synonyme qui peuvent traduire l’enjeu et la fonction de la néchama.

Il est également inscrit ici la notion d’éternité de l’être. L’homme se trouve dans l’obscurité lorsqu’il pense qu’il est limité dans le temps. Si l’homme prend conscience que ses efforts ne s’arrêtent pas à soixante-dix ans mais qu’ils sont intemporels il trouvera la lumière. La lumière c’est une notion qui ne s’éteint jamais, qui ne connaît pas de restriction temporel, puisque la lumière repousse et guérit l’obscurité elle ne peut donc jamais être gagnée par l’obscur. Il y a quelque chose en l’homme qui ne meurt donc jamais. De façon plus concrète on dira: lorsque vous êtes dans une situation et vous hésitez entre deux possibilités, choisissez celle qui durera le plus longtemps voire celle lui ne s’éteindra pas dans le temps. Pour exemple : l’homme doit choisir une épouse pour la vie… Le choix de l’épouse ne se fait pas selon les commodités du présent mais selon les projets de l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *