« Transmettre avec Amour » – par Rav Moché MerguiRochHayéchiva

La TORAH dit (Parachat VAYECHEV 37-3) : « Israël aimait Yossef plus que tous ses enfants, parce qu’il était le fils de sa vieillesse et il lui avait fait une tunique bigarrée ». RACHI cite la traduction d’Onquelos : Yossef était un enfant intelligent, auquel il avait transmis avec amour toute la TORAH qu’il avait apprise dans la Yechiva de CHEM et EVER.

Yaacov Avinou, le père de Yossef, s’était préparé en connaissance de cause pendant 14 années pour affronter deux redoutables adversaires : Lavan et Essav.

Yossef, sans aucune préparation alors qu’il est âgé de 17 ans, est confronté à des situations très éprouvantes. En effet, Yossef aime ses frères, et il leur confie le récit de ses rêves. Il ne comprend pas leurs violentes réactions. Par jalousie, ils veulent le tuer et le jettent dans un puits infesté de serpents et de scorpions, pour finalement le vendre comme esclave.

Arrivé en Egypte, il est à nouveau accusé, cette fois par la femme de Poutifar, au sujet de prétendues violences, alors qu’il a tout fait pour la fuir. Innocent il est condamné à 12 ans de prison : de

quoi en perdre la raison ! A sa sortie de prison, pour avoir interprété les rêves de Pharaon, il est nommé vice-roi d’Egypte, où il est confronté à l’épreuve de l’assimilation.

La  question se pose  : d’où  YOSSEF A-T-IL PUISE SA EMOUNA, afin résister à toutes ces épreuves ? L’enseignement délivré avec amour par son père était gravé dans son cœur, et sa noble présence était toujours devant ses yeux (voir Rachi sur VAYYECHEV 39-11). Et l’image de son père lui apparut ainsi au moment où il faillit céder aux tentatives répétées de séduction.

Combien devons-nous nous inspirer de l’exemple éducatif de YAACOV AVINOU  QUI  TRANSMIT AVEC AMOUR LES VALEURS DE LA TORAH ! Il

aimait tous ses enfants et ne leur a jamais fait de reproche, alors qu’ils lui avaient caché la vérité en lui présentant la tunique de Yossef ensanglantée.

Il a su, avec un égal amour, respecter son engagement de voir tous ses enfants sans exception être fidèles à HACHEM, comme il l’avait dit « Son nom reposera sur moi du  commencement à la  fin, il n’y aura aucune tare dans mes enfants ». (Parachat VAYYETSE 28-21).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *